Fils RSS pour les
Articles
Commentaires

Bon, je sais que l’on se dit conards, mais ça ne fait pas de nous d’abrutis carnivores pour autant. Dans ma famille, nous travaillons depuis plusieurs mois à réduire notre empreinte écologique. Au chapitre de l’alimentation, nous réduisons notre consommation de viande, achetons local et non transformé autant que possible et compostons nos déchets végétaux.

Cueillette de citrouilles, Saint-Nicolas, octobre 2007

Nous avons récemment adhéré au Marché de solidarité régionale qui se met en place dans la région de Québec. Le mode de fonctionnement est simple. Deux fois par mois, la liste des produits offerts par les producteurs participants est mise à jour sur le site web. Les membres ont quelques jours pour passer leur commande et vont chercher les produits le jeudi suivant au Centre culture et environnement- Frédéric Back.

Il n’y a que 7 producteurs, d’autres s’ajouteront bientôt, qui participent actuellement, mais c’est déjà assez pour avoir une belle diversité de produits (la liste est ici). Cette semaine, dans notre commande, on trouvait:

  • 12 poireaux.
  • 1 courge musquée (je vous donne la recette pour une superbe purée plus bas).
  • 1 minot de pommes Lobo (il y a justement une tarte tatin dans le four pour apporter chez des amis ce soir!) .
  • 12 lb. de veau bio (saucisses,viande hachée, rôti, escalopes, cubes et entrecôtes).
  • un kilo de café bio et équitable en grains (torréfié à Saint-Michel-de-Bellechasse).

Tous des produits naturels, cultivés ou transformés dans la région de Québec. Ça s’appelle ne pas manger idiot! Pour plus d’infos et vous inscrire, c’est ici: Marché de solidarité régionale de Québec.

En terminant, voici une petite recette de purée de courge tout simplement délicieuse.

J’utilise habituellement une courge musquée (butternut) mais on pourrait tout aussi bien faire la purée avec d’autres courges du même genre. Couper la courge en deux dans le sens de la longueur et enlever les graines. Frotter la chair avec de l’huile d’olive, saler et poivrer. Placer les deux moitiés, chair en bas, sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Pour que ce soit encore meilleur, cacher une gousse d’ail en chemise dans la cavité qui a été créée quand les graines ont été enlevées.

Mettre au four à 375°F pendant environ 45 minutes, jusqu’à ce que la chair soit tendre. Laisser refroidir un peu, prélever la chair et la placer dans une petite casserole. Écraser les deux gousses pour en extraire l’ail rôti que vous ajouterez à la chair de la courge. Bien mélanger avec une fourchette en réchauffant à feu doux. Ajouter du beurre au goût, saler et poivrer. C’est tout et c’est délicieux!

Une réponse à “Alimentation de proximité”

  1. le 20 Oct 2007 à 10:19 Pierre D

    Merci de donner l’exemple à son petit frère albertain… Ici, la solidarité régionale ne sert sûrement pas à sauver la planète! Dans les épiceries, la provenance des produits frais est souvent faussement étiquettée. Ainsi, les pommes de partout dans le monde se retrouvent mêlées à celles de la Colombie-Britannique. Il en va de même pour une multitude d’autre produit. De plus, les commis me prennent pour un idiot quand je leur demande la province ou la ville d’origine des œufs canadiens. Le marcher de fermiers local est aussi à surveiller. Plusieurs des produits qui y sont vendu proviennent des É-U et même de la Nouvelle-Zélande ! Je fais ma part tout de même du mieux que je peux.
    À bientôt
    Pierre