Fils RSS pour les
Articles
Commentaires

Au Québec, lors de la première fin de semaine d’octobre, nous fêtons l’Action de grâces. Traditionnellement, cette fête est une occasion de célébrer l’abondance des récoltes autour d’un bon repas pris en famille.

Très souvent, une belle dinde bien en chair et rôtie à point trône au centre de la table. Vendredi dernier, ma copine et moi cherchions ce que nous pourrions bien faire comme repas du dimanche soir.

Dinde? Trop long à cuire… on préfère jouer dehors!

Gigot? Plutôt pour célébrer le printemps!

Cari d’agneau en croûte de pommes de terre? Bof, pas assez traditionnel!

C’est alors que nous vint l’illumination: cette année, nous allions célébrer en préparant pour nos convives une fondue savoyarde aux morilles! Pas très traditionnel, mais nous étions certains que nos invités se régaleraient.

Mon inspiration vient de la recette que ce cher Pinard donne dans son premier livre. Je l’améliore en y ajoutant des morilles. Vous allez voir, c’est simple.

D’abord du fromage. Environ 150g par personne (nous étions 6 adultes donc environ 900g de fromage). J’étais un peu pressé cet après-midi (ce matin, c’était la cueillette des citrouilles avec les enfants) alors j’ai pris ce qu’il y avait à l’épicerie: de l’emmental et un peu de gruyère. Par qu’il fonde plus facilement, il est pratique de raper le fromage. Il faut aussi du pain. J’avais prévu une belle grosse baguette par 3 convives et il en est resté beaucoup. Il est bon de couper le pain en cubes quelques heures à l’avance pour qu’il sèche un peu. Ensuite, un paquet de morilles séchées (j’aurais souhaité celles de Gaspésie sauvage, mais il n’y en avait pas à l’épicerie… celles que j’ai achetées venaient de la Colombie-Britannique), une gousse d’ail, du vin blanc (1,5 tasse) et du poivre. Je fais tremper les morilles dans le vin une trentaine de minutes. Je les hache un peu au préalable pour avoir plus de morceaux dans la fondue!

Je n’ai pas de poêle à fondue au fromage alors j’ai utilisé mon wok en fonte émaillée que j’ai placé sur le support de mon poêle à fondue chinoise. J’avais mis trois petites chandelles sous le wok, mais j’aurais pu utiliser le brûleur qui va avec le poêle à fondue (il a fallu réchauffer le wok au milieu du repas parce que les chandelles ne fournissaient pas assez de chaleur). Habituellement, j’utilise un petit plat en pyrex, mais aujourd’hui, ça n’aurait pas été assez gros.

Maintenant, la récette:

Faire chauffer le vin (du bon, de grâce, sinon la fondue goûtera la piquette). Ajouter le fromage tranquillement en remuant constamment. Ajouter ensuite les champignons, la gousse d’ail pressée et du poivre. Pour bien incorporer le tout, j’ai utilisé un petit fouet. Dès que tout est bien mélangé et, évidemment, que le fromage est fondu, on passe à table.

En accompagnement, nous avions des petites marinades (cornichons et oignons). J’avais, pour plaire aux filles, prévu de préparer des carottes et des brocolis, mais je suis allé donner le bain à la petite Noémie avant le souper et j’ai oublié les légumes… quel malheur!

Voilà! Ce n’est pas plus compliqué que ça. Et j’ai comme l’impression que nos invités ne voudront plus jamais manger de fondue au fromage en sachet!

Notre vin d’accompagnement (c’est aussi celui que j’ai utilisé dans la fondue et pour faire réhydrater les morilles): Gentil Hugel alsace 2005.

3 réponses à “Fondue savoyarde aux morilles”

  1. le 14 Oct 2007 à 6:44 Clément

    On vient justement d’acheter un grand sac de morilles! Merci pour l’inspiration!

  2. le 08 Jan 2011 à 10:24 bullesdoc

    Bravo pour le nom de votre site,
    la fondue Savoyarde est une copie touristique de la fondue Suisse, oui-oui…

    Pour 4 personnes

    400 g de gruyère (AOC-Switzerland)
    400 g de Vacherin (Fribourg)
    2.5 dl de vin blanc sec (Fendant – Dézaley)
    1 cocote en fonte
    le reste comme vous
    1000 g pain de campagne, faire des petits morceaux de 4×4 cm et tremper

    Bon appétit

  3. le 11 Déc 2011 à 2:19 swissitude

    de dieu, de dieu…
    t’ose touiller ta fondue avec un fouet, non de bleu!, ça va le chalet ou bien ?