Fils RSS pour les
Articles
Commentaires

Toujours gagnant avec nos blondes, les rouleaux de printemps. Quelques bons trucs dans cette vidéo.

Bien le bonjour mes jolis confits. Votre conard est maintenant de retour et particulièrement en feu! Avant de vous livrer les secrets de ce succulent plat digne d’Apou lui-même, je tiens à lancer cet avertissement à tous les puristes de la cuisine sans gras….Courrez vite vous réfugier dans vos abris avec enfants, chiens, chats et poissons rouges, car cette recette représente l’antithèse d’une cuisine santé!  Vous constaterez qu’avec la quantité de matière grasse contenue dans ce met, il faut y aller avec modération. Un usage abusif de cette recette vous ferait claquer les valves cardiaques comme un bon vieux jetta diesel 1992. Ceci étant dit, ce poulet est un pur délice! Un plat convivial pour les soupers entre amis!

 Ingrédients:

  • ¼ de livre de beurre
  • Une belle rasade d’huile d’olive (1/4 de tasse)
  • 2 oignons moyens finement hachés
  • 1 pouce de long de gingembre frais écrasé avec le presse-ail
  • 2 c à café de garam masala
  • 2c à café de coriandre en poudre
  • 1 c à café de piment en poudre
  • 1 c à café de graine de cumin
  • 3 belles grosses gousses d’ail  écrasées
  • 1 c à café de sel
  • 3 cardamones vertes entières
  • 3 grains de poivre entiers
  • 2/3 de tasse de yogourt nature
  • 2 c à soupe  de concentré de tomate
  • 4 belles grosses poitrines de poulet coupées en cube de 2 pouces (parfois j’utilise des hauts de cuisse désossés donc je fais 2 poitrines et 10 hauts de cuisse. Je les coupe en deux.)
  • 2/3 de tasse de vin blanc
  • 2 feuilles de laurier
  • 2/3 de tasse de crème fraîche
  • Pour la décoration : de la coriandre fraîche.

 p1020176p1020173p1020177p1020180

Préparation

  1.  Faites chauffer le beurre et l’huile dans une grande poêle. Ajouter les oignons et faites-les dorer (NE PAS BRUNIR)  tranquillement tout en remuant à feu doux.
  2. Écraser le gingembre frais ainsi que l’ail frais et les mettre dans un cul de poule. Ajouter le garam masala, la coriandre en poudre, le piment en poudre, le cumin, la cardamone, le sel et les grains de poivre. Incorporez le yogourt nature et mélangez le tout.
  3. Ajouter les morceaux de poulet et remuer bien pour qu’ils soient bien enrobés. Si possible laisser mariner le poulet dans le mélange au réfrigérateur quelques heures sinon ce n’est pas grave vous pouvez procéder quand même.
  4. Incorporer le poulet aux oignons et faites revenir énergiquement pendant 5 minutes à feu vif.
  5. Ajouter le vin et les feuilles de laurier et bien mélanger.  Laisser mijoter à découvert et  à feu doux pendant 30 minutes en remuant de temps en temps.
  6. Incorporer ensuite la crème fraîche (oui oui vous pouvez utiliser de la 35% ou de la 15% cuisson) et continuez la cuisson 15 minutes.
  7. Servir le poulet sur un lit de riz basmati et décorer avec des feuilles de coriandre fraîches et ne surtout pas oublier les pains Naan que l’on trouve maintenant dans presque tous les supermarchés. 

 Suggestion :

En légume  d’accompagnement, je vous suggère une petite salade de concombre d’une simplicité déconcertante, mais qui fait un effet bœuf!

  • Un concombre anglais
  • Feuilles de coriandre fraîches hachées (une bonne quantité)
  •  2 c à soupe de jus de citron frais
  • ½ c. à café de sel
  • 1 c à café de sucre
  • Feuilles de menthe fraîches hachées (au goût)
  1.   Mélanger le jus de citron, le sel et le sucre. Bien  mélanger  pour dissoudre le sel et le sucre dans le jus de citron.
  2. Passes le concombre à la mandoline et verses la vinaigrette sur les concombres. 
  3. Mettre les herbes et réserver au moins 15 minutes.

 Vous êtes prêt à servir!!!!

Depuis trois ans déjà, nous organisons, Mike et moi, un «24 heures des petits pédés». C’est pour nous l’occasion de passer du bon temps avec nos meilleurs potes, de prendre un coup et de se faire une bonne bouffe. Ça se passe en automne, dans un chalet rustique pas trop loin de Québec.

La première année, j’avais fait braiser une épaule d’agneau. L’an dernier, Mike avait fait ses salsicie E fagioli. Cette année, je me suis permis d’offrir à mes meilleurs amis un spagat de mon cru: boulettes et côtes levées. Ce fut un succès! Voici donc la recette (inspirée de 2 recettes de Josée Di Stasio, le ragù du dimanche et la sauce tomate aux boulettes).Spaghetti boulettes et côtes levées

Spaghetti aux boulettes et côtes levées des conards

Pour 5 carnivores affamés

BOULETTES

  • 750 g de porc haché
  • 1/3 tasse de chapelure sèche
  • 1/3 tasse de lait
  • 2 oeufs battus
  • 2 gousses d’ail pressées
  • 1/4 c. à thé de muscade
  • 1/2 tasse de parmesan râpé
  • 1/2 tasse de persil italien ciselé
  • Romarin, origan et basilic séchés au goût
  • Sel et poivre au goût

CÔTES LEVÉES

  • 750 g de côtes levées de dos de porc, découpées à chaque côte

SAUCE

  • 2 boîtes de 796 mL de tomates italiennes en dés
  • 3 gousses d’ail hachées
  • 1 tasse de vin rouge
  • 1 tasse de persil italien ciselé
  • Un peu de sucre (au goût, pour balancer l’acidité des tomates)
  • Romarin, origan et basilic séchés au goût
  • Sel et poivre au goût

BOULETTES

Dans un grand bol, mélanger la panure et le lait. Laisser reposer quelques minutes. Mélanger le reste des ingrédients et former des boulettes d’environ 1 po de diamètre. Dans une grande poêle, faire dorer les boulettes dans de l’huile (olive ou canola). Retirer les boulettes et faire dorer les côtes levées. Réserver les viandes. (Pour les copains, j’avais fait cette étape à la maison, avant de partir. Il ne me restait plus qu’à faire la sauce et y ajouter la viande une fois rendu au lieu de perdition. Comme nous n’avions pas l’eau courante au chalet, ça rendait le tout plus simple.)

SAUCE

Mélanger tous les ingrédients dans une grande casserole et porter à ébullition. Ajouter les boulettes et les côtes levées et laisser mijoter au moins 2 heures, ou jusqu’à ce que la viande des côtes levées soit tendre.

Servir sur des spaghettis, avec du parmesan et un bon rouge. On peut omettre les côtes levées pour un plat un peu moins lourd. Mais disons que pour un «party de gars» c’est indispensable!

Nous nous sommes tous régalés. Voici en prime la joyeuse bande de l’édition 2008 des «petits pédés» (Flèche, Manu, Jean-Sex, Bojeanse, NormDude alias Colonel Sanders et GrosGagnon).pedes2008

La moule du conard!

J’adore cuisiner les moules. L’odeur de la vapeur du vin blanc qui force l’ouverture de ce timide coquillage, doux plaisir olfactif quand je te tiens.  En fin de semaine, je crois avoir très humblement réussi ma meilleure recette de moules  à vie! Une recette hybride entre les moules poulettes et  Madagascar  avec une touche de votre humble conard dodu!

 

J’ai donc le plaisir de vous présenter la moule du conard (C’est avec l’inspiration d’un cheval de bois que j’ai trouvé ce titre LOL) :

Recette pour deux personnes (deux bons mangeurs ou trois oiseaux!) :

Ingrédients :

  • 4 livres de moules FRAÎCHES (calculer 2 livres de moules par personnes si vous recevez)
  • Environ 1 tasse de crème 15% épaisse à cuisson (si vous désirez vous faire péter les artères allez-y pour de la 35%)
  • Environ 2 tasses de vin blanc sec (j’utilise le Bottero blanc pour cuisiner, y fait la job!)
  • 6 belles grosses échalotes françaises ou 10 petites (lorsque vous pensez en avoir assez…ajoutez-en deux!)
  • Une branche de céleri (provenant du cœur préférablement en gardant le petit feuillage jaune)
  • 3 branches de thym frais
  • Une bonne botte de persil plat
  • Environ une dizaine de grains de poivre vert
  • Une cuillère à soupe de moutarde de Dijon
  • Beurre
  • Huile d’olives
  • Sel et Poivre

Recette :

  • Préchauffer votre four à la température la  plus basse possible et enfournez-y  les assiettes que vous utiliserez pour servir vos moules. Dans un grand chaudron pouvant contenir les 4 livres de moules, faire fondre une très généreuse noix de beurre dans une grande rasade d’huile d’olive. Ne soyez pas radin sur l’huile et le beurre ça donnera du goût à la sauce!

 

  • Hacher grossièrement les échalotes françaises et le céleri puis les faire suer  à feu doux. Saler avec modération et poivrer généreusement) Ne pas les brusquer, prenez votre temps en sirotant une petite coupe d’un bon pinot gris. (Petit truc : gardez le feuillage jaune du céleri, nous l’ajouterons un peu plus tard!)

 

  • Mettre les moules dans le lavabo avec de l’eau très froide afin de les rincer et surtout de vérifier que chaque coquillage est bien vivant.  (Mort = ouvert qui ne se referme pas lorsqu’on frappe dessus…en cas de doute pas de chance à prendre on jette!)

 

  • Les échalotes ont blondi et le céleri à ramolli.  Vos moules sont rincées et égouttées! Alors c’est le temps de les verser dans le chaudron puis verser par-dessus le vin blanc. Monter le feu à fort, couvrir et laisser cuire 8 minutes EXACTEMENT! Ne pas dépasser le temps de cuisson car vos moules seront flasques et pâteuses…BEURK

 

  • Après 8 minutes, fermer le feu puis retirer les moules du chaudron. Personnellement, je place les moules dans un grand cul de poule et je le garde au chaud dans le four en compagnie des assiettes.
    Sans perdre de temps, on attaque la sauce. On replace le chaudron sur le feu à la plus haute température. L’objectif est de réduire le jus des moules du tiers. Lorsque la réduction est terminée, on baisse le feu à moyen et on ajoute la crème, le thym, les feuilles de céleri et les grains de poivre vert.  On amène à ébullition afin de faire épaissir un peu la crème et que les saveurs se mélangent. Lorsque la sauce est onctueuse, on la retire du feu et on termine avec la moutarde de Dijon et le persil plat. Un bon coup de fouet, on vérifie l’assaisonnement pour le sel et le poivre et le tour est joué!

 

  • On place les moules dans nos assiettes chaudes et on nappe de plusieurs louches de sauce.  On mange chaud avec une bonne baguette de pain histoire d’imbiber de sauce des gros morceaux de pain  de façon complètement indécente.  Tradition oblige, J’aime bien servir avec les moules des frites cuites au four dans l’huile d’olive….un délice!

Pour boire et bien j’adore le mariage pinot gris et moule………..
Délectez-vous mes confits et j’attends vos commentaires avec plaisir !
 

Il y a deux semaines, mes beaux-parents devaient me remettre un chèque et, non contents de se faire délester d’une rondelette somme par leur gendre unique et favori, ils en ont profité pour m’inviter à manger à la boutique-resto du Canard Goulu.

Comme c’est souvent arrivé cet hiver, il neigeait à plein ciel! La rue Maguire était inhabituellement déserte pour un mardi midi. Nous étions même les seuls clients présents dans le chaleureux espace qu’occupe le petit resto-cafétéria du Canard Goulu.

Le concept resto-cafétéria fait en sorte que l’on passe d’abord à la caisse pour y faire nos choix parmi ceux qu’offre le menu. La cuisine est juste à côté et le chef s’active bien en vue. C’est assez agréable puisque l’on peut discuter avec lui du menu et le voir s’exécuter.

Ce midi-là, il y avait quelques choix au menu. Évidemment, le foie gras était à l’honneur (le chef m’a avoué s’être fait plaisir en mettant du foie gras dans tous les plats!). Mon choix s’est arrêté sur les items suivants:

  • Velouté de maïs, salsa de courge au foie gras (effectivement veloutée à souhait. Délicieux, mais une petite pincée de fleur de sel aurait été bienvenue. J’aurais pu faire l’effort d’aller le demander au chef, mais je me suis rabattu sur un sachet de sel).
  • Déroulé de canette au foie gras (alors là, j’ai été ravi. Le déroulé est une fine tranche de viande de canette — maman canard — que l’on roule en prenant bien soin d’en garnir le centre d’un beau morceau de foie gras. Le rouleau est alors saisi à la poêle. La viande de canard est rose au centre et le foie gras est tout juste fondant… un vrai régal! J’y repense et j’ai l’eau à la bouche!).
  • Dauphine de céleri-rave et Yukon (l’idée du céleri-rave dans le gratin est bonne. Gratin honnête sans toutefois graver ma mémoire d’un indélébile souvenir).

Bref, un resto vraiment sympa. J’espère qu’il y a plus de monde quand il fait beau! J’y retournerai c’est certain! J’oubliais: leur choix de vin au verre était tout à fait respectable. Deux vins que j’achète régulièrement et dont le rapport qualité-prix est très honnête étaient offerts ce midi-là:

Tiens! La semaine est terminée… c’est le temps d’en déboucher une!

Et pour une autre critique de ce resto, vous pouvez lire celle d’Alix Renaud: Le bonheur est dans l’assiette.

Le Canard goulu
1281, avenue Maguire
Tél.: 418 687-5116

La petite vite du soir de semaine !

Bien le bonjour mes confits! C’est avec l’enthousiasme d’un jeune premier que je partage avec vous cette chronique gastro-thérapeuthique (à bien y penser, c’est un très mauvais jeu de mots ….mais j’ai quand même envie de le partager :))!

Ne trouvez vous pas que trop souvent vos soirs de semaine manquent d’éclats ? Qu’après une journée de fou, l’énergie nous manque pour se lancer dans un projet culinaire satisfaisant ? Que nous réservons tous nos efforts pour la fin de semaine afin de farcir l’ortelant et de se braiser le jarret ? Et bien je dis non à la monotonie ! Je tourne le dos à l’abstinence gustative et je vous affirme haut et fort qu’il est possible de se satisfaire pleinement en très peu de temps avec un minimum d’effort ! J’entends déjà vos papilles se trémousser d’envie en hurlant ; mais dis-nous comment…..mais dis-nous comment !

Et bien voilà, LE POULET AU GINGEMBRE ET SIROP D’ÉRABLE !   

  plat.JPGplat.JPGplat.JPG

Préliminaire : 10 minutes de préparation + 25 minutes de cuisson

Résultat : Un long moment de satisfaction !

Allez, vos papilles le méritent bien après tout !

Recette

 poulet_gingembre_ingredients.JPG

Ingrédients :

  • 1.5 lb de poitrine de poulet
  • 1/3 tasse de farine tout usage
  • 1/2 tasse de sirop d’érable
  • 2 c. à table de vinaigre de cidre
  • 2 c. à table sauce soja
  • 2 c. à table de sherry
  • 4 c à thé de gingembre émincé FRAIS
  • 4 gousses d’ail émincées
  • Oignons vert (échalottes) pour la décoration
  • Sel et Poivre
  • Huile canola pour faire revenir le poulet

Préparation :

  • Chauffer le four à 350
  • Préparer la sauce en mélangeant dans un bol le sirop, le gingembre, l’ail, la sauce soya, le sherry, le vinaigre de cidre et un petit coup de moulin à poivre.
  • Couper le poulet en petits cubes et les enfariner (mettre le sel dans sa farine pour un meilleur résultat mais attention car il y a déjà de la suce soya dans la sauce donc ne pas trop saler!)
  • Faire DORER les morceaux de poulet (petit truc : votre poelon doit être assez chaud et surtout ne pas le surcharger de poulet.)
  • Mettre le poulet dans un plat allant au four et verser la sauce dessus, bien mélanger et enfourner !

Servir le poulet sur un lit de riz basmati avec des petits légumes asiatiques sautés et garnir avec l’échalotte verte coupée.

Bonne semaine !

La prochaine fois que vous faites des moules, faites changement! J’ai essayé samedi dernier une recette de moules tirée du plus récent livre de Patricia Wells, Merveilleux légumes: la cuisine du jardin.
C’est vraiment simple. Il suffit de cuire les moules de manière traditionnelle avec de l’oignon et un peu de vin blanc. Placer les moules cuites et du bouillon de cuisson dans les assiettes, poivrer et y ajouter du saucisson chorizo coupé en petits bâtonnets et une poignée de coriandre fraîche.
Magnifique!En plus, les moules que l’on achète au Québec proviennent d’élevages et sont un choix qui ne contrevient pas aux principes du développement durable. Et tant qu’à y être, téléchargez ce petit aide-mémoire (PDF) qui vous permettra de mieux choisir vos poissons et fruits de mer.

Salsiccie E Fagioli

Bonjour distingués confits!

Cette semaine je vous propose une recette que j’adore. Une recette traditionnelle italienne rustique qui met en vedette de beaux boyaux viandés bien italiens! Une recette qui tapissera votre maison d’un réconfortant parfum d’huile d’olive et de romarin….En vous transmettant cette recette, je suis tel un petit marchant de bonheur car mes amis quoi de plus festif que de déguster une belle saucisse italienne qui a mijoté longuement dans une frémissante sauce tomate aromatisée de romarin et d’ail…hummm… du bonheur…je vous en promet !

J’ai trouvé cette recette en écoutant l’émission La dolce vita de David Rocco. Il racontait que c’était la recette signature de sa grand-mère et que cette recette était transmise depuis plusieurs générations dans sa famille. Après l’avoir cuisiné à plusieurs reprises, je comprends pourquoi !

Alors je vous présente l’un de mes grands classiques…

Saucisses italiennes et fèves blanches en sauce tomate

assiette_saucisse.JPG

Ingrédients :

huile.JPG   ingredients.JPG

  • De belles saucisses italiennes douces (ajuster la quantité en fonction du nombre de convives)
    Personnellement, j’ai un faible pour les saucisses italiennes du club price. Elles sont rustiques et savoureuses….c’est une question de goût !
  • Une boîte de fève blanche Primo (ou deux selon le nombre de convives)
  • Deux boîtes de tomates italiennes entières Pastene
  • Quatre branches de romarin FRAIS (NON…. LE ROMARAIN SÉCHÉ…ÇA NE FAIT PAS !!!!)
  • Huit belles gousses d’ail (NON ….DE L’AIL EN POT ÇA NE FAIT PAS !!!)
  • Une bonne huile d’olive
  • Une lichette d’un bon vin rouge qui a du poils sur le torse (bien charpenté)
  • Sel et Poivre

Préparation :

Cette recette comporte peu d’ingrédients mais tout son charme se développe dans la préparation. C’est ce qui fera la différence entre une bonne recette et un orgasme gustatif total et complet !

Première étape

chaudron.JPG

Dans un plat allant au four, mettre une généreuse portion portion d’huile d’olive……lorsque c’est fait….ajoutez en un peu pour être certain ! Il faut recouvrir complètement et généreusement le fond. Mettre les gousses d’ails coupées en deux et deux belles branches de romarin. Laisser frémir tout doucement le tout sans brunir l’ail….Armez-vous de patience le jeu en vaut la chandelle ! Après environ 30 minutes votre ail est translucide et le romarin est fatigué ! Sortir le tout du plat. Mettre l’ail dans une assiette et, à l’aide d’une fourchette, le réduire en purée.Vous pouvez jeter le romarin.

Deuxième étape

saucisses

Monter le feu et faire revenir les saucisses dans l’huile parfumée jusqu’à ce quelles soient dorées.
Elles sont bien dorées alors ajouter les boîtes de tomates, les fèves, l’ail en purée, deux nouvelles branches de romarin et finalement une petite lichette de vin rouge (1/4 de tasse environ). Sel et Poivre au goût. Laisser mijoter très tranquillement quelques heures jusqu’à ce que la sauce épaississe. Si c’est possible, je vous conseille même de faire la rectte une journée d’avance ou même le matin du souper. Vous la laissez refroidir pour la réchauffer une heure avant le repas….elle sera encore plus goûteuse !

Pour accompagner ce plat, je vous suggère une grosse miche de pain rustique afin que vous puissiez tremper de gros morceaux de fesses dans cette sauce tomatée…..là on se rapproche du bonheur !

Amusez-vous….bisoux les confits

Michel-Frédérick

Bon, je sais que l’on se dit conards, mais ça ne fait pas de nous d’abrutis carnivores pour autant. Dans ma famille, nous travaillons depuis plusieurs mois à réduire notre empreinte écologique. Au chapitre de l’alimentation, nous réduisons notre consommation de viande, achetons local et non transformé autant que possible et compostons nos déchets végétaux.

Cueillette de citrouilles, Saint-Nicolas, octobre 2007

Nous avons récemment adhéré au Marché de solidarité régionale qui se met en place dans la région de Québec. Le mode de fonctionnement est simple. Deux fois par mois, la liste des produits offerts par les producteurs participants est mise à jour sur le site web. Les membres ont quelques jours pour passer leur commande et vont chercher les produits le jeudi suivant au Centre culture et environnement- Frédéric Back.

Il n’y a que 7 producteurs, d’autres s’ajouteront bientôt, qui participent actuellement, mais c’est déjà assez pour avoir une belle diversité de produits (la liste est ici). Cette semaine, dans notre commande, on trouvait:

  • 12 poireaux.
  • 1 courge musquée (je vous donne la recette pour une superbe purée plus bas).
  • 1 minot de pommes Lobo (il y a justement une tarte tatin dans le four pour apporter chez des amis ce soir!) .
  • 12 lb. de veau bio (saucisses,viande hachée, rôti, escalopes, cubes et entrecôtes).
  • un kilo de café bio et équitable en grains (torréfié à Saint-Michel-de-Bellechasse).

Tous des produits naturels, cultivés ou transformés dans la région de Québec. Ça s’appelle ne pas manger idiot! Pour plus d’infos et vous inscrire, c’est ici: Marché de solidarité régionale de Québec.

En terminant, voici une petite recette de purée de courge tout simplement délicieuse.

J’utilise habituellement une courge musquée (butternut) mais on pourrait tout aussi bien faire la purée avec d’autres courges du même genre. Couper la courge en deux dans le sens de la longueur et enlever les graines. Frotter la chair avec de l’huile d’olive, saler et poivrer. Placer les deux moitiés, chair en bas, sur une plaque de cuisson recouverte de papier parchemin. Pour que ce soit encore meilleur, cacher une gousse d’ail en chemise dans la cavité qui a été créée quand les graines ont été enlevées.

Mettre au four à 375°F pendant environ 45 minutes, jusqu’à ce que la chair soit tendre. Laisser refroidir un peu, prélever la chair et la placer dans une petite casserole. Écraser les deux gousses pour en extraire l’ail rôti que vous ajouterez à la chair de la courge. Bien mélanger avec une fourchette en réchauffant à feu doux. Ajouter du beurre au goût, saler et poivrer. C’est tout et c’est délicieux!

Au Québec, lors de la première fin de semaine d’octobre, nous fêtons l’Action de grâces. Traditionnellement, cette fête est une occasion de célébrer l’abondance des récoltes autour d’un bon repas pris en famille.

Très souvent, une belle dinde bien en chair et rôtie à point trône au centre de la table. Vendredi dernier, ma copine et moi cherchions ce que nous pourrions bien faire comme repas du dimanche soir.

Dinde? Trop long à cuire… on préfère jouer dehors!

Gigot? Plutôt pour célébrer le printemps!

Cari d’agneau en croûte de pommes de terre? Bof, pas assez traditionnel!

C’est alors que nous vint l’illumination: cette année, nous allions célébrer en préparant pour nos convives une fondue savoyarde aux morilles! Pas très traditionnel, mais nous étions certains que nos invités se régaleraient.

Mon inspiration vient de la recette que ce cher Pinard donne dans son premier livre. Je l’améliore en y ajoutant des morilles. Vous allez voir, c’est simple.

D’abord du fromage. Environ 150g par personne (nous étions 6 adultes donc environ 900g de fromage). J’étais un peu pressé cet après-midi (ce matin, c’était la cueillette des citrouilles avec les enfants) alors j’ai pris ce qu’il y avait à l’épicerie: de l’emmental et un peu de gruyère. Par qu’il fonde plus facilement, il est pratique de raper le fromage. Il faut aussi du pain. J’avais prévu une belle grosse baguette par 3 convives et il en est resté beaucoup. Il est bon de couper le pain en cubes quelques heures à l’avance pour qu’il sèche un peu. Ensuite, un paquet de morilles séchées (j’aurais souhaité celles de Gaspésie sauvage, mais il n’y en avait pas à l’épicerie… celles que j’ai achetées venaient de la Colombie-Britannique), une gousse d’ail, du vin blanc (1,5 tasse) et du poivre. Je fais tremper les morilles dans le vin une trentaine de minutes. Je les hache un peu au préalable pour avoir plus de morceaux dans la fondue!

Je n’ai pas de poêle à fondue au fromage alors j’ai utilisé mon wok en fonte émaillée que j’ai placé sur le support de mon poêle à fondue chinoise. J’avais mis trois petites chandelles sous le wok, mais j’aurais pu utiliser le brûleur qui va avec le poêle à fondue (il a fallu réchauffer le wok au milieu du repas parce que les chandelles ne fournissaient pas assez de chaleur). Habituellement, j’utilise un petit plat en pyrex, mais aujourd’hui, ça n’aurait pas été assez gros.

Maintenant, la récette:

Faire chauffer le vin (du bon, de grâce, sinon la fondue goûtera la piquette). Ajouter le fromage tranquillement en remuant constamment. Ajouter ensuite les champignons, la gousse d’ail pressée et du poivre. Pour bien incorporer le tout, j’ai utilisé un petit fouet. Dès que tout est bien mélangé et, évidemment, que le fromage est fondu, on passe à table.

En accompagnement, nous avions des petites marinades (cornichons et oignons). J’avais, pour plaire aux filles, prévu de préparer des carottes et des brocolis, mais je suis allé donner le bain à la petite Noémie avant le souper et j’ai oublié les légumes… quel malheur!

Voilà! Ce n’est pas plus compliqué que ça. Et j’ai comme l’impression que nos invités ne voudront plus jamais manger de fondue au fromage en sachet!

Notre vin d’accompagnement (c’est aussi celui que j’ai utilisé dans la fondue et pour faire réhydrater les morilles): Gentil Hugel alsace 2005.

Suivant »